Les 7 erreurs à éviter en e-mailing

Les 7 erreurs à éviter en e-mailing

Avant de démarrer cet article sur les erreurs à éviter en e-mailing, jetez un œil à votre (ou vos) boite(s) mails. Combien d’e-mails recevez-vous environ chaque jour ? A combien de Newsletter êtes-vous abonnés ?

De notre côté, rien que dans la thématique de l’entrepreneuriat, on est inscrits à 7 newsletters. Fort heureusement, toute de qualité suffisante pour que l’on continue à les ouvrir. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les e-mails que l’on reçoit, on s’est donc dit qu’on allait vous offrir un article sur les erreurs à éviter absolument en e-mailing.

On y va ?

#1 : Envoyer ses mails avec sa propre boîte mail

Cette première erreur est fort heureusement de plus en plus rare. Pourtant, on a reçu l’autre jour un e-mail d’un courtier en prêt immobilier nous présentant les dernières actualités du secteur et de ses meilleurs taux obtenus le mois précédent.

L’idée était bonne… s’il n’avait pas envoyé ça depuis sa boite Orange avec tous les destinataires visibles dans la catégorie “cc”.

Première info, sa liste n’est pas énorme, mais ça, tant qu’elle est qualitative, ce n’est pas grave. Deuxième info, j’ai désormais sous la main une trentaine de contacts prêt à être exploités… ce qu’on ne va pas faire.

On a pris le temps de passer un coup de fil à notre cher courtier pour l’informer de cette erreur et lui apporter quelques bonnes pratiques de base, de comment gérer ses clients et prospects, comment entretenir une conversation perpétuelle grâce à un outil de Marketing Relationnel (tel que Sendinblue), etc… Sa réponse nous a sidéré : “J’étais persuadé que “cc” signifiait “Copie Cachée”.

Loupé ! Moralité de l’histoire, pour ne pas reproduire cette erreur à éviter en e-mailing, utilisez un outil d’envoi tels que MailChimp, Mailjet ou une solution complète comme le français Sendinblue

#2 : Ne pas avoir de gestion de sa liste

A partir du moment où l’on collecte des données, il est fondamental de mettre en place une gestion de sa liste d’e-mails. On n’a pas inclus la conformité RGPD à la liste des erreurs à éviter en e-mailing, mais évidemment, conformez-vous à la législation avant d’entamer quoique ce soit.

En effet, vous ne pouvez pas envoyer vos e-mails au tout-venant. Sans aucune cohérence, vous perdez votre légitimité auprès des personnes qui reçoivent vos courriels. Résultat : les désabonnements pleuvront ou, pire, vous finirez dans les courriers indésirables à force de ne pas être ouverts.

Exemple de liste de contact, version excel

En guise de premiers pas, commencez par deux listes : la liste Prospects et la liste Clients signés. L’approche ne peut pas être la même entre ceux qui vous ont déjà fait confiance et ceux à qui il faut encore prouver votre expertise.

A vos prospects, vous enverrez des séquences d’e-mails avec l’objectif de les convertir en client :

  • Promotions pour un premier achat
  • Offre limitée dans le temps
  • Témoignage de clients
  • Réassurance par le biais de votre structure, vos certifications, vos effectifs
  • Présentation de vos partenaires
  • Annonce d’événements où ils pourront vous rencontrer : portes ouvertes, salons

A vos clients, en revanche, les messages viseront probablement plus à :

  • Faire acheter un produit complémentaire ou additionnel
  • Fidéliser
  • Les remercier de leur confiance
  • Annoncer la sortie des nouveaux produits
  • Mettre en avant un événement
  • Lancer une campagne de parrainage
  • Les solliciter pour un témoignage

Par la suite, vous aurez l’opportunité d’affiner encore plus vos listes. En fonction de la typologie des inscrits (hommes, femmes, couples, etc…) ou de leur provenance.

Par exemple, si vous vendez des infoproduits, vous devrez classer les abonnés par le funnel de vente utilisé : livre blanc sur les Réseaux Sociaux ou Guide Complet sur “Comment développer sa boutique Shopify ?”. La typologie de ces prospects ne sera pas la même, il faut donc leur envoyer un message différent, ultra ciblé.

#3 : Ecrire un objet qui ne soit pas percutant

Ce point là nous énerve sincèrement. Quand on voit un objet du type “Abonnez-vous”, ça nous fait penser à François Damiens dans ses sketchs “Mais vas-y achète !”. Définitivement une des erreurs principales à éviter en e-mailing : écrire un objet qui soit sans âme !

Si vous ne connaissez pas le sketch, on vous offre 4:20 min de bonheur :

Si l’on transpose cela aux erreurs à éviter en e-mailing, ça donne ça :

Croyez-le ou non, mais c’est bien une campagne e-mailing d’un grand journal local

C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire. Une campagne parfaitement incontrôlée, sans but et une coquille vide. Le contenu n’est pas plus glorieux.

On ne vous cache pas qu’on ne s’est pas abonné.

#4 : Ne pas intégrer de CTA

Dans la conception de son e-mailing, la première étape est d’en définir son objectif. A chaque campagne son aboutissement.

Le plus simple pour construire ses campagnes d’e-mailings est de les planifier sur une période relativement longue. Ouvrez un tableau Google Sheets ou Excel, et préparez 4 colonnes :

  • Liste : Qui cette campagne concerne-t-elle ? Les prospects chauds ? Les clients signés ? Les personnes qui ont téléchargé le dernier livre gratuit ?
  • Objet du mail : On l’a vu dans le point précédent
  • Objectif de la campagne : où est-ce que je souhaite amener ma cible ?
  • CTA : Que doit faire ma cible après avoir lu l’e-mail ?

Il faut penser à intégrer un bouton CTA dans 100% de vos e-mails. Il doit correspondre à votre cible et doit donner envie aux abonnés d’aller plus loin, avec vous.

Côte à côte, deux exemples de CTA réussis : Netflix et La Ruche Qui Dit Oui. Les deux exemples utilisent des verbes sur leurs boutons pour engager le lecteur. C’est une technique courante mais qui est bien plus sympathique que “Cliquez Ici”

#5 : Envoyer ses e-mails au mauvais moment

Afin d’optimiser les chances que votre e-mail soit ouvert par vos destinataires, le timing doit être l’objet d’une réflexion poussée.

En effet, les critères à prendre en compte pour réussir ses campagnes sont autant la fréquence d’envoi que le jour et l’heure de la semaine.

Les préconisations quant au meilleur moment pour envoyer vos e-mailings sont les suivantes :

Selon le leader Mailchimp, les meilleurs jours pour envoyer ses e-mails sont le Mardi et le Jeudi. On note cependant peu de différence avec les autres jours de la semaine. En revanche, le Week-End semble à proscrire.

D’un point de vue horaire, c’est assez clair ! L’heure d’envoi optimale pour les e-mails se situe autour de 10h du matin. La plupart des lecteurs ouvrent leurs e-mails dans les 60 minutes après réception, par conséquent tentez un envoi à partir de 9h30.

Le mieux à faire est de maintenir une fréquence d’envoi régulière et qualitative. Il faut en quelques sortes créer un RDV que vos destinataires acceptent, voire attendent.

Encore une fois citée en exemple “La Ruche Qui Dit Oui” envoie deux e-mails par semaine à ses abonnés. Tous les deux sont attendus. Le premier est une Newsletter Hebdo, rassemblant les meilleurs articles de la semaine sur le thème de la consommation raisonnée et durable. Le second annonce aux inscrits les produits qui seront disponible à la vente lors de la prochaine distribution. Leur taux d’ouverture est excellent, La Lettre se lisant comme un magazine (on voit d’ailleurs dans l’objet que celle-ci est numérotée).

A citer aussi : la newsletter hebdomadaire d’AudreyTips, comprenant des articles pertinents pour sa cible. Tous les dimanches soirs, les inscrits ont rendez-vous dans leur boite mail afin de faire le plein d’idées nouvelles et de bien démarrer la semaine qui s’annonce !

#6 : Un design à la Paint

Pas terrible de recevoir un e-mailing dont le design n’est ni esthétique, ni parfois même responsive !

En 2020, près de 70% des e-mails seront lus sur téléphone, la lecture doit donc entre être optimisée et parfaitement responsive.

L’exemple ci-dessous est un exemple parfait de ce qu’il ne fait pas faire en matière d’e-mailing :

  • Objet ni percutant, ni précis. Ne donne pas envie de cliquer
  • Le contenu du mail est une image.
  • Aucun CTA, aucun but, aucun objectif
  • Pas franchement pratique à lire sur Smartphone !
Un parfait condensé des erreurs à éviter en e-mailing

Avec les méthodes qui existent aujourd’hui, il faut vraiment le faire exprès pour tenir des campagnes d’e-mailings de la sorte, d’autant plus que cela fait plusieurs mois, voire années, que leurs e-mails se suivent et se ressemblent tristement. C’est une triste compilation des erreurs à éviter en e-mailing.

Du coup, “Sport N Door”, si vous passez par ici, profitez-en pour découvrir Sendinblue !

Pour finir sur une bonne note, voici un exemple qui nous inspire davantage confiance, vous partagerez probablement notre avis :

On apprécie le design de l’objet. L’expéditeur est clairement identifiable, on sait de qui il s’agit puisqu’on a souhaité s’abonner à sa liste.

Un petit rappel de l’expéditeur dans le template de l’e-mail, des liens vers les Réseaux Sociaux, une image sympathique qui nous accueille. Plus bas, un texte qualitatif qui répond à la question posée dans l’objet (qui nous a fait ouvrir le courriel). Enfin, deux boutons pour finir. L’un des deux a été oublié, mais l’idée est là. Enfin, un rappel des coordonnées et des Réseaux Sociaux !

#7 : Oublier les liens vers ses Réseaux Sociaux

Il faut vraiment penser l’e-mail marketing comme une brique globale de votre stratégie Marketing. Vous devez réfléchir au maillage de votre présence, afin de garder au mieux vos prospects chez vous. Ainsi, tout votre écosystème doit être relié :

  • Votre site vitrine ou site e-commerce
  • Le blog qui y est adossé
  • Vos Réseaux Sociaux, de Facebook à Youtube
  • Les E-Mails et vos newsletters
  • Les sites de partage de contenu, Quora, Medium, etc…
  • Votre adresse physique

Un lien doit être réalisable entre chacune de ces briques, et il oeuvre dans la réassurance de vos prospects quant au bien fondé de votre projet. Personne n’a envie de recevoir un mail qui mène vers une page de vente esseulée et aucun moyen de savoir qui vous êtes, ce que vous faites ni qui a déjà fait appel à vos services.

Pensez, en plus du CTA, à intégrer dans chacun de vos e-mails des petits pictogrammes qui mènent vers vos Réseaux Sociaux. C’est également un excellent moyen d’entrer en dialogue direct avec vos abonnés puisque la proximité y est accrue. En effet, il n’est pas rare que les internautes ayant une question sollicitent les marques directement par chat désormais.

En conclusion

Vous êtes désormais parés à préparer des campagnes d’e-mailings de grande qualité en évitant ces erreurs courantes. Concrètement, si vous souhaitez complètement louper vos campagnes d’e-mails, c’est simple. Il suffit d’envoyer une newsletter sans image, avec un texte plein de fautes, un objet bien Spam-friendly et surtout, envoyez-le à 1h du matin à une liste qui n’a jamais entendu parler de vous.

De rien 😉


Sur le même sujet, vous aimerez aussi : 8 Règles d’Or pour une Newsletter Efficace

Partager cet article

Laisser un commentaire